Catégories Lectures

Victor Hugo, le génie littéraire du XIXe siècle


Victor Hugo un génie littéraire

Si l’on demandait à l’homme de la rue de citer un génie de la littérature, il y a de fortes chances pour qu’il nomme Victor Hugo, tellement cet écrivain est unanimement respecté. À la fois poète et romancier, homme politique, essayiste engagé et dramaturge, Hugo est un « monstre sacré », la figure de proue de la littérature française.

Le poète

Dès son plus jeune âge, Victor Hugo a nourri l’ambition de devenir un grand poète, l’égal de Châteaubriand qu’il admirait beaucoup. Influencé par le romantisme, il publie dès l’âge de vingt ans les « Odes », influencées par les Classiques, mais où l’on peut déjà discerner les principaux thèmes qui parcourront son œuvre : l’engagement et le rôle du poète en tant que voyant et guide, le sens de l’histoire…

Victor Hugo, poète prolixe, formidable conteurSa carrière de poète ne connaît pas d’échec : qu’il publie « Les Orientales » (un thème déjà à la mode au début du XIXe siècle) ou « Les rayons et les Ombres », Hugo remporte le succès. Il devient le principal poète romantique et le chef de file d’une génération d’auteurs, bien décidés à rompre avec le classicisme.

Plus tard, alors qu’il est contraint à l’exil à cause de son opposition au Second Empire, Victor Hugo accèdera à la maturité de son art poétique avec les « Contemplations », les « Châtiments », où il fustige violemment Napoléon III, et surtout la « Légende des Siècles », une œuvre gigantesque dont l’ambition est de dépeindre en vers toute l’histoire du monde.

La « Légende des Siècles », le chef-d’œuvre hugolien

Généralement considéré comme l’œuvre majeure de Victor Hugo, il s’agit d’un ensemble de poésie qui décrit l’apparition et l’évolution de l’humanité depuis ses origines jusqu’à la fin du monde. Ce recueil de poèmes, immense par sa taille et par son ambition, reflète toute la démesure du génie poétique de Hugo. S’inspirant de la Bible, de la mythologie et de l’histoire, l’auteur livre ici toute sa pensée, sa réflexion sur l’homme et son destin. Tour à tour fresque épique, poème mystique, manifeste humaniste, la « Légende des Siècles » est à elle seule un monument de la littérature française.

Plusieurs fois refondu et réorganisé par son auteur, ce recueil figure depuis sa parution parmi les œuvres poétiques les plus connues mondialement, et il a contribué à donner une dimension légendaire à Victor Hugo.

Victor Hugo, romancier

Parallèlement à sa production poétique, qui atteignit sa maturité pendant son exil dans les îles anglo-normandes, Victor Hugo fut un romancier qui accomplit la performance d’être à la fois très populaire et apprécié par la critique. Tout le monde connaît « Les Misérables » ou « Notre-Dame de Paris », au moins par le biais d’une adaptation plus ou moins réussie au cinéma.

En tout, Victor Hugo écrivit neuf romans, sur une période de cinquante-six ans, et il a abordé de nombreux thèmes et de nombreux styles. « Le Dernier Jour d’un condamné », « Claude Gueux », les « Misérables » sont des romans sociaux, écrits par un auteur engagé dans la vie et la politique de son temps. « Han d’Islande » , « Bug Jargal », « L’Homme qui rit », les « Travailleurs de la Mer » sont des romans influencés par le courant romantique, pleins d’action, de bruit et de fureur, et animés d’une frénésie et d’une énergie propres au tempérament de l’auteur.

Enfin, « Quatre-vingt-treize » et « Notre Dame de Paris » sont des œuvres qui pourraient être cataloguées comme romans historiques.

Notre Dame de Paris

Peut-être le plus célèbre roman de Victor Hugo, celui qui continue de nos jours à lui asseoir sa réputation de romancier génial, « Notre Dame de Paris » est une œuvre foisonnante et vivante. Ses personnages principaux , Quasimodo l’être difforme qui dissimule une nature sensible et amoureuse, Esméralda la sensuelle, l’archidiacre Frollo, sont devenus des archétypes et sont connus bien au-delà du cercle habituel des amateurs de littérature.

En effet, ce roman a connu tellement d’adaptations plus ou moins réussies et plus ou moins fidèles qu’il a pénétré tous les publics. Le cinéma, la comédie musicale, le dessin animé s’en sont emparés, avec des bonheurs variés.
Mais le personnage principal du roman n’est pas humain : il est une ville, Paris, et le cœur de celle-ci, la cathédrale Notre-Dame. Ce sont ces lieux qui sont les véritables protagonistes principaux du récit, sublimés par l’irisation poétique de Victor Hugo.

Un chapitre entier est consacré à la vision de « Paris à vol d’oiseau », où le lecteur est invité à contempler la ville depuis les plus hautes tours de Notre-Dame. Hugo y dépeint longuement la cité, s’attardant sur le côté sombre et presque surnaturel des quartiers populaires, avant d’évoquer l’histoire de la cathédrale et les efforts démesurés de ceux qui l’ont bâtie. En passant, Victor Hugo s’attarde longuement sur la nécessité de préserver, et de restaurer avec intelligence et respect les chefs-d’œuvre de l’architecture gothique, très malmenée à son époque.

Dans une autre partie, Victor Hugo s’attarde longuement sur la description de la Cour des Miracles, ce lieu mal famé, véritable ville enchâssée dans la cité, et royaume de tous les criminels et les mendiants de l’époque.

Si Notre Dame de Paris est un roman historique, il n’est pas que cela. En effet, Victor Hugo n’a jamais l’ambition de raconter des événements historiques réels, et le contexte évoqué, le Paris médiéval de 1482, n’est aucunement réaliste. Il reflète à peine les connaissances de l’époque sur le sujet, et il est plutôt un Moyen-Âge fantasmé, prétexte pour l’auteur d’aborder nombre de ses sujets favoris : l’atrocité de la peine de mort, les inégalités sociales génératrices du crime, le besoin de rédemption et d’amour des êtres humains qu’il met en scène.

Pour les besoins de ses démonstrations, l’auteur n’hésite pas à distordre la réalité historique du roi Louis XI, à présenter le Moyen-Âge comme une époque uniquement ténébreuse et empreinte de superstitions. Comme pour Balzac ou Dumas, l’Histoire n’est qu’un prétexte pour présenter des types humains, un décor particulièrement grandiose pour servir de tribune aux grandes idées généreuses auxquelles Victor Hugo a toujours été fidèle.

« Notre-Dame de Paris » est aussi, et surtout, une œuvre romantique, agitée par les tourments, les excès et les fureurs qui caractérisent cette école littéraire. En effet, tous les personnages du roman éprouvent des sentiments excessifs, absolus. L’amour qu’éprouvent Frollo et Quasimodo, l’homme difforme et l’homme qui trahit ses vœux religieux, est absolu, excessif, transcendant.

De même, tous les personnages sont livrés à leur passion, qu’elle soit positive ou négative. Comme souvent dans les romans de Victor Hugo, les lieux, les événements et les personnages prennent une dimension démesurée, parfois à la limite du fantastique onirique. Le seul personnage qui ne revête pas cet aspect parfois un peu grandiloquent est Pierre Gringoire, le narrateur qu’Esméralda sauve du gibet en l’épousant. Poète éternellement désargenté, il professe une philosophie simple et raisonnable, nuancée, qui le conduit à devenir un des truands de la Cour des Miracles.

Poète prolixe, formidable conteur, Victor Hugo reste un des monuments de notre littérature, et de nos jours encore la lecture de ses romans est à la fois une source de distraction et d’émerveillement, mais aussi une inspiration vivante pour toute personne désireuse d’enrichir sa culture générale et son vocabulaire.

Recevez mon infolettre 2 à 3 fois par mois

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Je n'aime pas le spam et vous non plus ! Votre adresse est bien gardée.

1 commentaire

Laisser un commentaire