Catégories Orthographe

Le participe passé – accord et exceptions


le participe passé : accord et exceptions

L’accord du participe passé est un des écueils les plus flagrants parmi les difficultés du français écrit.

L’accord du participe passé

Comme souvent, il existe une règle simple et applicable, mais aussi une multitude d’exceptions et de difficultés.

En général, quand le participe passé est considéré comme adjectif, il s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte, par exemple : « des fleurs séchées », « un pneu crevé », « des mots composés ».

Le passé composé

Quand on fait un récit au passé, un des temps les plus fréquemment usités est le passé composé, qui indique une action durable et terminée. Ce temps est constitué de deux éléments :

  • L’auxiliaire « être » ou « avoir », et le participe passé du verbe lui-même ;
  • La règle générale est simple : avec le verbe « être », le participe passé s’accorde : « les chats se sont enfuis », « mon amie est partie ».

participe passé accord avec le cod

Avec l’auxiliaire « avoir », les choses commencent à se compliquer un petit peu. En effet, l’accord du participe passé se fait selon la position du complément d’objet direct (COD) dans la phrase. Deux cas de figure se présentent alors :

  • Si le COD est absent ou s’il est placé après l’auxiliaire, le participe passé reste invariable. Par exemple, « j’ai mangé du pain », « j’ai écrit une page sur mon blogue » ;
  • En revanche, si le COD se situe avant l’auxiliaire avoir, les choses se compliquent, car le participe passé s’accorde de la même manière qu’un adjectif : « l’eau que j’ai bue », « la tarte que j’ai mangée ».

Finesses et complications

Toute règle comporte des exceptions, et c’est souvent le cas avec la langue française.

  • Ainsi, quand le participe passé est précédé du pronom personnel « en », la règle de l’accord devient plus souple, et l’on peut accorder ou non, comme dans la phrase : « des livres, j’en ai lu » ou bien « des pièces de théâtre, j’en ai vues », selon que « livres » est considéré comme un ensemble, donc singulier, ou que chaque pièce constitue une quantité, donc pluriel.
  • Rassurez-vous, l’usage actuel a de plus en plus tendance à admettre que le participe passé reste invariable derrière « en », ce qui simplifie bien les choses !

Les verbes pronominaux présentent une autre difficulté :

Ils se conjuguent normalement avec l’auxiliaire « être » donc, le participe passé doit s’accorder. Par exemple, on écrit « elles se sont blessées », c’est simple en apparence ;

  • Mais si le verbe comporte un élément après, le participe ne s’accorde pas : « elles se sont blessé la jambe ». À l’inverse, si cet élément, qui est en fait le COD, est placé avant, le verbe se comporte comme s’il était conjugué avec « avoir » : « la jambe qu’elle s’est blessée ».

Ainsi, nous voyons encore une fois que la langue française est complexe à utiliser, et que souvent, construire une phrase correcte demande beaucoup de réflexion.

Mais en lisant beaucoup et en utilisant le dictionnaire, on parvient à acquérir un certain nombre d’automatismes qui permettent de dépasser ces difficultés !

Recevez mon infolettre 2 à 3 fois par mois

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Je n'aime pas le spam et vous non plus ! Votre adresse est bien gardée.