Catégories Orthographe

Les paronymes faux-amis à pourchasser


paronymes faux amis

Les paronymes sont des mots qui s’écrivent presque de la même manière, dont la prononciation est très proche, mais qui ont des sens différents.

Les paronymes ou comment vaincre ces « faux-amis » ?

Quelques exemples
Parmi les confusions fréquentes, qu’on entend souvent et qu’on lit aussi parfois, figurent deux mots presque homophones :

  • « Conjoncture » et « conjecture ». Méfiez-vous d’eux, car ils sont de faux-amis. La conjoncture est une situation résultant de la rencontre de plusieurs circonstances. Une conjecture est une hypothèse, une supposition, le plus souvent fondée sur des probabilités.
  • De même, il ne faut pas utiliser indifféremment « précepteur » et « percepteur », car, si vous pouvez offrir le premier à vos enfants, vous ne tarderez peut-être pas à recevoir la visite du second…
  • Puis, un autre paronyme classique à proscrire, la confusion entre « irruption » et « éruption », à moins que la personne faisant irruption dans votre vie soit vraiment volcanique !

Les paronymes, attention faux-amisL’utilisation fautive de paronymes prête aussi à des quiproquos fâcheux : utiliser sans nuances « astrologie » et « astronomie » revient à mélanger deux notions qui sont antinomiques, et risque de rendre votre propos peu crédible auprès des initiés.

  • Une publicité trop souvent répétée vous agace ! Évitez de dire que l’on vous rabat les oreilles : il s’agit à la fois d’un contresens, d’une impossibilité physique et d’un paronyme. L’expression appropriée est « rebattre (battre plusieurs fois) les oreilles ».


Comment lutter ? Grâce à l’étymologie !

Connaître l’origine des mots compliqués, savoir les décortiquer pour retrouver leurs racines grecques ou latines, permet d’éviter les confusions fâcheuses entre les paronymes. Quand vous avez un doute sur l’emploi d’un mot plutôt qu’un autre, recherchez d’abord sa définition précise dans le dictionnaire. Mais si vous ne disposez pas de ce précieux auxiliaire, posez-vous des questions sur les fondations de votre vocable rétif.

Ainsi, dans l’exemple plus haut, on peut conjecturer à propos du terme « conjoncture », qu’il dérive de la même racine que « conjoint », c’est-à-dire « joint avec ». Donc, qu’il désigne la « jonction » (c’est toujours la même racine !) de diverses circonstances. D’où l’utilité de connaître les langues dites « mortes », qui sont à la base de notre langage si complexe !

Nécessité d’un vocabulaire précis

La seule solution pour éviter de confondre les paronymes est d’enrichir constamment votre vocabulaire, donc de connaître la définition exacte de chaque mot employé. En cas de doute sur la signification d’un terme, mieux vaut parfois utiliser une expression ou un vocable proche, dont vous êtes certain.

À moins que vous ne désiriez utiliser les paronymes pour créer un effet comique et poétique : dans ce cas, cet exercice devient une figure de style appelée « paronomase ». Quelques grands écrivains l’ont utilisée, comme Guillaume Apollinaire (« Comme la vie est lente et comme l’espérance est violente »), mais aussi les proverbes de la sagesse populaire, comme « qui vole un œuf vole un bœuf ».

Recevez mon infolettre 2 à 3 fois par mois

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Je n'aime pas le spam et vous non plus ! Votre adresse est bien gardée.