Catégories Orthographe

Quelques fautes de français qui peuvent écorcher les oreilles


quelques fautes de français à ne pas écouter

La langue française est pleine de difficultés, alors comment éviter certaines fautes de français entendues ou lues tous les jours ?

Quelques fautes de français à ne pas commettre

Nous savons qu’il est ardu de maîtriser parfaitement le français. Cependant, si vous rédigez des articles pour un blogue, leur contenu doit avoir une orthographe et une syntaxe parfaites.

Voici quelques fautes de français méritant votre attention :

  • Barbarismes et solécismes

    En période de crise, on lit souvent dans la presse que les problèmes « pécuniers » sont importants. En réalité, ce mot n’existe pas ! Le terme approprié est « pécuniaire », et sert à désigner tout ce qui est relatif à l’argent. En terme technique, cette faute de français est un barbarisme, c’est-à-dire l’emploi d’un mot qui n’existe pas ou bien d’une conjugaison fautive, par exemple « vous disez » au lieu de « vous dites ».

  • Dans le langage parlé, ces barbarismes sont fréquents et ont tendance à s’imposer par le biais des médias : « il faut que je voye », « une mairerie », « un commissairiat » sont des fautes couramment entendues dans les journaux parlés et aussi dans le vocabulaire courant.

fautes de français très courantes

Les solécismes sont des fautes d’accord entre les mots, et se retrouvent fréquemment, lorsque le locuteur emploie des mots rares dont il ne connaît pas le genre : « une longue tentacule » en est un exemple courant. Certains verbes sont employés sous des formes fautives, comme « pallier ». La plupart du temps, on lit ou on entend « pallier à un problème », alors que c’est un verbe transitif direct qui ne nécessite pas de préposition. Pour éviter le solécisme, on doit écrire « pallier une difficulté ».

Outre le fait que ces fautes de français écorchent les oreilles des puristes, les barbarismes et solécismes doivent être poursuivis et éliminés sans merci. Un langage soutenu devrait être employé dans la rédaction pour un blogue, il est le gage et la preuve de votre sérieux.

  • Pléonasmes et tautologies

Un pléonasme ou tautologie est une répétition de mots dont la signification est similaire : « monter en haut », « sortir dehors » en sont des exemples courants, mais certains sont plus difficiles à détecter. Ainsi, « s’avérer vrai » est un aussi pléonasme, car la définition de s’avérer est : « se révéler vrai ».

Un autre pléonasme très souvent lu et entendu est « tentative d’attentat ». Un attentat étant déjà une tentative par définition, il est inutile de répéter la même idée.

Le plus célèbre auteur de pléonasmes et de tautologies fut, selon la légende, Monsieur de La Palisse, qui « un quart d’heure avant sa mort, vivait encore ».

Évitez de l’imiter et posez-vous des questions en vous relisant : « ce mot est-il utile, ne fait-il pas double emploi avec celui qui le précède ? » Si votre réponse est « oui », alors supprimez le terme redondant. Votre texte sera plus fluide et aisé à lire.

Un petit conseil pour éviter les fautes de français : soyez sûrs de la définition des mots que vous employez. N’hésitez pas à consulter un dictionnaire, et à éliminer les termes trop complexes que vous n’êtes pas certain de maîtriser.

Recevez mon infolettre 2 à 3 fois par mois

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Je n'aime pas le spam et vous non plus ! Votre adresse est bien gardée.