Catégories Orthographe

Quelques expressions rares citant des animaux


expressions rares avec animaux

Poursuivons notre exploration des dictionnaires, à la recherche de mots et d’expressions peu usités, mais aussi charmants, explicites et souvent amusants. Ce mois-ci, nous allons nous intéresser aux animaux, et à la trace qu’ils ont laissée dans le langage sous la forme d’expressions pas toujours simples quant à leur origine ou à leur signification. 

Expressions rares impliquant chats, moutons, chiens…

Des moutons et des chiens  :
tout le monde connaît la locution « moutons de Panurge », utilisée pour désigner des personnes qui suivent l’opinion et le mouvement expressions avec chats, chiens et moutonsgénéral, sans réflexion. Cette expression nous vient d’un des plus grands auteurs français de la Renaissance, François Rabelais, dont un des héros, Panurge, est le prototype du personnage malin et inventif. Panurge, lors d’un voyage en bateau, eut un différend avec le propriétaire d’un troupeau de moutons.

Pour se venger de l’homme, il lui acheta le plus bel animal, le meneur de la troupe, qu’il jeta instantanément par-dessus bord. Tous les autres moutons suivirent leur chef, se noyant et provoquant ainsi la ruine du commerçant. L’épisode est passé dans le langage populaire pour désigner une foule irréfléchie qui suit sans réfléchir, se précipitant à sa perte.

Se regarder en chiens de faïence :
Cette expression est également souvent employée pour décrire des personnes qui s’épient de façon hostile et immobile. Elle provient de la mode d’autrefois d’orner les cheminées avec des sculptures en céramique ou en faïence. Ces statuettes symbolisaient la sécurité du foyer, et représentaient souvent des chiens, symboles de fidélité et de vigilance. Comme elles semblaient se regarder avec agressivité, elles ont fini par représenter des individus s’observant avec hostilité.

Chien de Jean Nivelle :
Pour évoquer une personne lâche ou peu fiable quand on a besoin d’elle, on parle « du chien de Jean Nivelle, qui s’enfuit quand on l’appelle ». En réalité, il s’agit de la déformation d’un fait historique réel, qui eut lieu à la fin du Moyen-Âge, pendant le conflit entre Louis XI et Charles le Téméraire.

Le roi de France recherchait des alliés, et fit appel à Jean Nivelle, fils du duc de Montmorency. Nivelle refusa son appui, par lâcheté ou calcul politique, et le Roi le traita de « chien » par mépris. On en fit une chanson, se moquant de « ce chien de Jean de Nivelle ». Peu à peu, l’expression s’éloigna de sa source, et peu de personnes qui l’utilisent aujourd’hui connaissent son origine.
Le chat, grand pourvoyeur d’expressions populaires

Dès potron-minet :
Est une expression un peu désuète mais charmante, qui veut dire : « très tôt le matin ». Mais pourquoi invoquer le minet, le chat ? À l’origine, on disait plutôt « potron-jacquet », « jacquet » étant un petit nom usuel pour nommer l’écureuil, qui est un animal dont la plus forte activité se situe au lever du soleil.

« Potron », quant à lui, est un mot oublié qui dérive de « postérieur ». Il semblerait donc que « dès potron-jacquet » signifiait : « dès que l’on peut voir le derrière d’un écureuil », c’est-à-dire sitôt que l’aube apparaît. Ensuite, « jacquet » devenant hors d’usage et le chat se popularisant vers la fin du XVIIe siècle, on a remplacé l’écureuil par un chat !

Acheter chat en poche :
Plus limpide est l’expression « acheter chat en poche ». Elle signifie : « conclure un marché sans examiner les termes de la vente et l’objet vendu ». Elle fait sans doute référence aux braconniers qui vendaient des animaux pour la cuisine, et qui n’hésitaient pas à faire passer des chats pour du gibier. Ne pas ouvrir la poche (le sac) pour y jeter un regard expose l’acquéreur à des surprises désagréables.

De la bouillie pour les chats :
Quand on parle de quelque chose de mal fait, d’inutile, on dit parfois que c’est « de la bouillie pour les chats ». Il semble que cette vieille expression, attestée depuis le XVe siècle, vient simplement du fait qu’il est inutile de donner des aliments liquides aux chats , qui ont de très bonnes dents. Par extension, l’expression a pris un sens figuré, et désigne maintenant une chose de peu de valeur et totalement sans objet.

Il n’y a pas un chat  :
Les lieux sont vides, il n’y a personne. Là aussi, cette expression triviale est aisée à décrypter. Là où vivent les humains, les chats sont proches. Donc lorsque toute vie a déserté un endroit, les chats aussi sont partis, suivant sans doute leurs propriétaires.

Appeler un chat, un chat :
Veut dire, ne pas se soucier des réactions et envisager les choses en face, sans peur de choquer. C’est Boileau qui le premier, dans ses « Satires », a employé l’expression, mais on sait moins que la deuxième partie de ce vers est : « et Rollet un fripon » pour désigner un homme de justice peu scrupuleux sur l’honnêteté.

Les expressions rares ou amusantes mettant en scène des animaux sont si nombreuses et si enrichissantes pour le vocabulaire, que je reviendrai bientôt sur le sujet…

Recevez mon infolettre 2 à 3 fois par mois

Signup now and receive an email once I publish new content.

I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )

Je n'aime pas le spam et vous non plus ! Votre adresse est bien gardée.

3 commentaires

Laisser un commentaire

  • Pierre

    Signalons que l’expression « dès potron-jacquet » a encore cours tout au moins dans mes chroniques ou annonces de chroniques, c’est une variante très agéable de « potron-minet » et dont je me lasse peu.

    • Bonjour Pierre,
      Merci d’être venu me lire. Pour ma part, je n’emploie que rarement : « dès potron-minet ».
      Cela dit, j’aurais bien aimé lire vos chroniques, mais le lien de votre site est mauvais.

      À bientôt.