Menu

Quelques figures de style françaises bien connues : comparaison, métaphore, métonymie

Trois figures de style françaises bien connues

Les figures de style, contrairement à ce que pourrait croire un rédacteur de blogue informatif ou documentaire, peuvent lui être très utiles et contribuer à la lisibilité de ses textes.

Les figures de style et leur utilité

Les figures de style ne sont pas réservées à ce qu’il est convenu de nommer « la grande littérature », et elles font partie intégrante de la meilleure méthode pour faire passer son message. Pour capter l’attention d’un lecteur, et pour la conserver jusqu’à la fin de votre article, une expression soutenue émaillée de tournures recherchées est un atout certain.

Qu’est-ce qu’une figure de style ?

Une figure de style est un moyen de s’exprimer, la plupart du temps à l’écrit, en détournant le sens des mots et des expressions pour donner plus d’efigures de style Trois figures de style françaises bien connuesxpressivité au discours. Utiliser des figures de style ou « figures de rhétorique », c’est s’éloigner du langage courant, ordinaire, pour attribuer au texte une force et un relief inédits et ainsi marquer l’esprit du lecteur.

Les figures de style sont des outils au service de l’auteur, il faut bien les connaître pour savoir les utiliser avec efficacité. En choisissant avec pertinence les figures qu’il emploie, un écrivain forge ainsi ce qui fait sa voix particulière, qui fera qu’un lecteur reconnaîtra immédiatement l’auteur d’un texte, ce qui constitue le style. 

Quelques exemples

Certaines figures de style sont très connues, la comparaison est peut-être la plus utilisée et la plus simple. Elle consiste à mettre en balance deux mots, reliés par « comme », « semblable », « tel ». Si vous voulez décrire un paysage, un objet ou une personne à vos lecteurs, ne vous contentez pas des adjectifs. « La Beauce est plate » est une phrase terne et peu évocatrice. N’hésitez pas à user de comparaison : « la Beauce est plate comme une table » est d’abord plus imagée.

Et si vous êtes plus audacieux, ne craignez pas d’employer des termes de comparaison plus saugrenus au premier abord, dans le but de marquer l’esprit du lecteur, ou d’obtenir un effet comique. Par exemple : « La Beauce est aussi plate qu’un discours électoral » mettra les rieurs de votre côté, et cette comparaison risquera de rester gravée dans la mémoire de ceux qui vous liront.

La métaphore est une sorte de comparaison, mais qui se passe de termes d’équivalence. Cette figure stylistique consiste à donner un sens différent à un mot : le lion devient « le roi des animaux », l’albatros, chez Baudelaire, « le roi de l’azur ». Ce procédé est particulièrement utile pour donner de la force à un texte, et permet d’éviter les répétitions.

La métonymie, elle, permet de décrire quelque chose en ne désignant qu’une partie : elle apporte une saveur poétique aux textes. Ainsi, pour évoquer un oiseau, la métaphore peut employer « l’aile », pour un moine « la bure », le tout étant que les deux mots aient une relation de cause à effet immédiatement compréhensible pour le lecteur : autrement, votre métaphore échouera.

Les figures de style sont très nombreuses, et un seul article ne suffit pas à les décrire toutes. Je reviendrai donc prochainement pour en évoquer d’autres. 

Vous avez aimé cet article ?

Alors, partagez-le sur Facebook, Twitter, Google+ en cliquant sur les boutons ci-dessous ou ajoutez un commentaire.
Merci

, , ,

Commentaires fermés